Publié dans A LIRE, Blog littéraire, C'est nouveau!, Chronique littéraire

Nelly Alard đź’— en 7 QUESTIONS pour son livre «La vie que tu t’étais imaginĂ©e» đź‘ŹđźŹ»đź‘ŹđźŹ»đź‘ŹđźŹ»

Nelly Alard est l’auteur de Crieur de nuit, prix Roger Nimier 2010, et de Moment d’un couple, prix InteralliĂ© 2013.

Qui ĂŞtes-vous Nelly Alard ?

Quel challenge, résumer en quelques phrases ce qu’il m’a fallu si longtemps pour découvrir !! Bon. Essayons. D’un point de vue génétique, du côté maternel comme paternel mes ancêtres sont bretons depuis la nuit des temps, mon père côté sud (Lorient), ma mère côté nord (Morlaix), quant à moi j’ai grandi à Brest.

C’est une photo de la pièce « Amphitryon » de Molière mis en scène par Jacques Lassale avec laquelle j’ai fait une tournĂ©e dans les pays de l’Est en 1988-89. »

Passionnée par le théâtre dès ma plus tendre enfance sans savoir comment ça m’est venu puisque je n’y avais jamais mis les pieds, j’ai passé mon enfance à lire des livres pas toujours de mon âge, à jouer à la princesse et à apprendre par coeur des scènes entières de Corneille en jouant tous les rôles. Mais comme j’étais, par ailleurs, bonne en maths et que devenir actrice, dans ma famille, était à peine plus une option que devenir princesse, j’ai fait des études scientifiques et j’ai intégré une école d’ingénieurs à Paris.

Et lĂ  que commence l’aventure du cours Florent…

Oui j’ai rencontrĂ© pour la première fois, au Cours Florent des gens qui envisageaient sĂ©rieusement de faire de la comĂ©die leur mĂ©tier. Et que je me suis dit : pourquoi pas moi? Donc sitĂ´t mon diplĂ´me obtenu, j’ai passĂ© le Conservatoire de Paris, j’ai Ă©tĂ© reçue et je suis devenue comĂ©dienne. La suite – mes bonheurs et ma dĂ©sillusion quant au mĂ©tier d’actrice, ma brève carrière Ă  Hollywood, mes innombrables rĂ´les de «veuves suspectes» dans des sĂ©ries tĂ©lĂ© et comment je suis venue Ă  l’écritureje la raconte dans «La vie que tu t’étais imaginĂ©e».

Autoportrait Nelly Alard (site web Perso 🔝)

Aujourd’hui vous ĂŞtes romancière…

Oui, pour mon plus grand bonheur, je suis romancière et scĂ©nariste pour la tĂ©lĂ©vision, deux formes d’écriture qui se complètent et s’équilibrent merveilleusement bien,  je vis toujours Ă  Paris, j’ai trois grands enfants que j’adore,  et je n’éprouve plus du tout le sentiment d’imposture que j’ai trimbalĂ© si longtemps… Bref, «après bien des annĂ©es d’errance», comme le chante Barbara, j’ai (enfin) l’impression de savoir qui je suis et d’être Ă  ma place !

Il est temps de vivre la vie que tu t’Ă©tais imaginĂ©e » Henry James

Très jolie citation en introduction de votre roman… qui fait un peu Ă©cho Ă  votre propre vie non?

cliquez ici Trailer réalisé par Nelly Alard 👏🏻

Ce livre est l’histoire d’une enquĂŞte que j’ai menĂ©e tout au long de ma vie (Ă  mes moments perdus, je vous rassure, pas Ă  plein temps…) pour tenter de percer le mystère de «L’enfant de SassetĂ´t», cet enfant secret que l’ImpĂ©ratrice Elisabeth d’Autriche (Sissi) aurait mis au monde clandestinement en Normandie lors d’un sĂ©jour de chasse.

Cette enquĂŞte très personnelle sur l’Ă©nigme de « l’enfant de SassetĂ´t » est son 3ème roman…. « pure lĂ©gende » ? quel suspens pour ce « RomanquĂŞte » !

EDITIONS GALLIMARD

DĂ©cembre 2019 – 460 pages 21€

dispo en ebook sur vos plateformes habituelles

Tous les historiens s’accordent à dire que c’est une pure légende, et que la comtesse Zanardi Landi, qui prétendait être cet enfant caché, était une mythomane, ce dont moi-même j’étais assez convaincue. Mais ce qui m’intéressait particulièrement dans cette histoire était que cette comtesse Zanardi Landi avait eu une fille, Elissa, qui était devenue une star à Hollywood dans les années 30, à la fois princesse et actrice donc, réunissant à elle seule tous mes fantasmes de petite fille. Mystérieusement, bien qu’elle ait travaillé avec les plus grands (Cary Grant, Humphrey Bogart, Laurence Olivier…)

Elissa Landi n’avait laissé aucune trace dans l’histoire du cinéma et lorsque j’ai commencé mes recherches il n’existait sur elle que quelques articles des journaux « people » de l’époque qui mentionnaient comme un fait avéré qu’elle était la petite fille de l’impératrice Elisabeth.

Elissa Landi au piano avec Lewis Stone dans le film « Always Goodbye »

Et votre enquĂŞte change de cap comme si il lui poussait des ailes…

Mon enquête en serait sûrement restée là faute d’éléments nouveaux si grâce au développement d’Internet, je n’avais pas retrouvé la trace de la fille d’Elissa Landi, Caroline, une Américaine de 70 ans qui vit à New-York et qui m’a ouvert toutes les archives et la correspondance familiale, me confiant très explicitement la mission de découvrir enfin la vérité sur cette affaire, dont elle ne savait elle-même pas grand-chose. D’autant plus que sa mère, Elissa Landi, était morte alors que Caroline n’avait que quatre ans et qu’elle n’avait d’elle aucun souvenir.

J’ai donc entrepris d’écrire ce livre, d’une part pour livrer le rĂ©cit et les conclusions de mon enquĂŞte, mais aussi – surtout, peut-ĂŞtre – pour raconter Ă  Caroline l’histoire de sa mère, Elissa Landi, et de sa grand-mère, la comtesse Zanardi Landi, qui se sont rĂ©vĂ©lĂ©es ĂŞtre deux personnalitĂ©s incroyablement attachantes et dont les vies entrent en rĂ©sonance, Ă  bien des Ă©gards et de manière très troublante, avec la mienne…

… d’oĂą la coloration très intime et personnelle de ce rĂ©cit. Ce qui explique que ce livre soit si important pour moi … Et aussi si difficile Ă  rĂ©sumer! (rires)

Mon avis, chronique littĂ©raire qui ne s’arrĂŞte jamais tant j’ai Ă  dire, tant j’ai aimĂ© ce livre, ces destins de femmes passionnĂ©es, impressionnantes, toutes… mĂŞlĂ©es intimement Ă  la vĂ´tre Nelly Alard !

Cliquez pour lire ma Chronique sur Instagram

C’est très diffĂ©rent de ce que vous Ă©crivez habituellement…

Oui, sans aucun doute, bien que je n’ai à proprement parler aucune habitude en la matière. Je n’ai écrit que trois romans, tous trois très différents les uns des autres. Mais celui-ci par sa complexité même et son imbrication avec ma propre vie, est un objet unique. Je n’écrirai certainement rien d’autre qui y ressemble.

Vous ĂŞtes modeste, Nelly, c’est tout Ă  votre honneur, justement comment le classer celui-ci? Biographie? Documentaire historique? Autre?

Autre !! J’aime bien «romanquĂŞte»… Cela dit, je n’ai rien inventĂ©. En mĂŞlant une part autobiographique au rĂ©cit d’une enquĂŞte et d’une Ă©criture, je marche quand mĂŞme sur les traces d’un Emmanuel Carrère avec son Roman russe, d’un Laurent Binet et son Hhhh,  d’un Philippe Jaenada…

Votre livre a reçu un excellent accueil Nelly je repense notamment aux chroniques Ă©logieuses d’Olivia de Lamberterie Ă  TeleMatin et dans le magazine ELLE , qui m’a donnĂ© envie de vous dĂ©couvrir d’ailleurs…

Modestie Ă  part, mes deux premiers romans ont tous deux en leur temps eu d’excellentes critiques et, « Moment d’un couple » s’est en outre très très bien vendu – beaucoup mieux que celui-ci, j’en suis malheureusement assez sĂ»re, surtout compte tenu de la situation actuelle. Mais il est vrai que celui-ci dĂ©clenche un enthousiasme particulier de la part des gens qui l’apprĂ©cient, et qui sont sensibles Ă  son aspect très personnel et inclassable. J’en suis Ă©videmment très heureuse, car c’était loin d’être gagnĂ© d’avance…

Ce livre ne ressemble Ă  rien tant il est singulier. » Olivia de Lamberterie

C’est un « Happy endings » !

Ecrivez-vous un nouveaux roman ? d’un nouveau genre encore peut-ĂŞtre ?

Trop tĂ´t encore… Je joue avec quelques idĂ©es mais pour le moment je vais reprendre mon activitĂ© de scĂ©nariste et travailler en particulier Ă  l’adaptation de « Moment d’un Couple » en mini-sĂ©rie pour la tĂ©lĂ©vision. Et surtout, je peaufine avec ma traductrice Grace Mac Quillan la traduction en anglais de «La vie que tu t’étais imaginĂ©e» afin que Caroline puisse le lire…

Un mot sur votre vie confinĂ©e ?

Non, comme beaucoup d’auteurs doivent vous le dire, le confinement n’amène pas de très grands changements dans ma vie. Je travaille (presque) autant que d’habitude, mais je passe beaucoup plus de temps à désinfecter les courses et à coudre des masques en tissu pour ma famille et mes amis !

Peut-on lire et Ă©crire en mĂŞme temps

C’est le problème. C’est difficile.

Et sur le haut de votre pal c’est lequel?

Ma pile de livres Ă  lire est toujours aussi impressionnante, car Ă  mesure que je lis de nouveaux livres se rajoutent. Par exemple cette semaine j’ai lu (avec grand plaisir) les livres de Tatiana de Rosnay, FrĂ©dĂ©rique Deghelt et Shumona Sinha, invitĂ©es comme moi Ă  La Grande Librairie en mode «confiné» (voir vignettes en bas de page). J’avais dĂ©jĂ  lu et apprĂ©ciĂ© celui de GaĂ«lle Nohant qui faisait partie de la première sĂ©lection de prix AnaĂŻs Nin dont je suis la co-fondatrice avec Capucine Motte. J’ai tout de mĂŞme rĂ©ussi Ă  relire, en anglais, Washington Square d’Henry James et The Great Gastby de Fitzgerald, pour me rĂ©imprĂ©gner de la musique de la langue au moment de relire la traduction de mon livre. Mais je rĂŞve d’avoir le temps de relire les grands classiques que j’ai aimĂ©s et confinement ou pas, je n’en trouve jamais le temps…Donc sur le haut de ma pile j’ai toujours la Cousine Bette et Splendeurs et Misères des Courtisanes – mais aussi le livre d’Olivia de Lamberterie «Avec toutes mes sympathies » que j’avais ratĂ© au moment de sa sortie et que j’ai très très envie de lire avant tout le reste.

Et les RĂ©seaux Sociaux on en parle? Nouveau support d’Ă©criture ou de promotion?

En fait je suis toute nouvelle sur les rĂ©seaux sociaux. J’ai rĂ©sistĂ© jusqu’en dĂ©cembre dernier oĂą je me suis dĂ©cidĂ©e Ă  les utiliser pour la promotion de mon livre et je m’en fĂ©licite aujourd’hui car au vu des circonstances actuelles, heureusement que vous ĂŞtes lĂ ! Donc ma blogueuse et instagrameuse prĂ©fĂ©rĂ©e… c’est vous ! Et Agathe-the-book, qui m’a fait la première une très jolie critique sur son blog, et que je remercie ici, ainsi que Dan Burcea, les MiscellanĂ©es de Cookies, les lectures de Marie et tous ceux/celles que  j’oublie …

Nelly je vous remercie infiniment et je vous souhaite plein de courage jusqu’Ă  la fin du confinement et pour vos projets en cours! On croise les doigts pour un succès croissant de «La vie que tu t’étais imaginĂ©e» et le retour Ă  une vie culturelle et littĂ©raire qui nous manque tant!

Auteur :

Le carnet de route d'une commerciale attentive. curieuse de lectures enivresques. Je partage ici mes découvertes de boutique-hôtels, restaurants "trendy", de salons de thé-librairie où il fait bon flâner et LIRE !! Bons plans, en France et dans le monde. Irrésistible curiosité pour la médecine esthétique, les cosmétiques et vous retrouverez ici mes quelques expériences ! j'espère que vous y trouverez autant de plaisir à me lire que moi à les écrire, mais attention, j'écris comme je parle ;-) Travelblogger lifestyle and cosmetics aesthetic addict !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s