Publié dans C'est nouveau!

« Le Lambeau » de Philippe LANÇON

A lire en cette période de confinement

Chronique aussi difficile à rédiger que ce livre à été à lire, tant il m’a bousculée -et comblée- d’une vive émotion, tout du long (510 pages!)

Je le recommande vivement à toutes celles et ceux qui ne l’auraient pas encore lu!!

J’ai tardé moi, mais le voilà, à nouveau en bonne place chez les libraires et dans toutes les mains, avec une sortie en @livredepoche

depuis sa sortie en 2018, ses prix, il m’a fait de l’œil, aguicheur, omniprésent, en vitrine, empilé, toujours en bonne place et toujours sur mon chemin.

Et sur les RS, vénéré bien sûr, très peu chahuté, sur ses quelques longueurs ou répétitions peut-être, à peine.

Ils sont des livres comme ça, comme celui-là, dont on sait qu’ils vont faire mouche et appuyer ou cela fait mal, oui encore, y’a pas d’âge pour les souvenirs chagrins. Et on repousse alors l’échéance à plus tard.

Ce sont des mémoires très très personnels, dans une histoire dramatique, publique, l’attentant du journal Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, donc Tous concernés, 7 morts des blessés graves mais nous avons été tous poignardés, notre mémoire collective à tous, dans le monde entier, marquée au fer.

Et tous impuissants face à l’horreur de ces trop nombreux attentats.

A lui Charlie, à moi la Prom’ des Anglais, mais ce n’était pas mon seul frein. Il s’agit ici de 7 mois d’hospitalisation, de multiples délicates interventions, de rapports étroits avec chirurgiens, infirmières etc. ; pudiquement il ne fait jamais étalage de ses douleurs physiques, il attend un des derniers chapitres du livre, il ne nous épargne pas de détails chirurgicaux, de sa reconstruction multiple (aussi bien côté cœur, avec famille et amis)

on vit ces 7 mois avec lui mais son écriture est tellement fluide, belle, érudite, sensible… il écrit comme s’il nous parlait à haute voix -maintenant qu’il peut- nous l’écoutons, bercés par sa culture si vaste et enrichissante, musicale, sur tous les sujets importants, cinéma, artistiques… et quels beaux voyages nous faisons avec lui! merciiiii pour cela aussi.

Nous sommes captifs nous aussi, de lui, lui de son isolement, -alors qu’il n’est jamais seul, bien au contraire- de sa force d’âme, de son caractère, de son esprit et humour presque british alors que c’était tellement mal parti….

il aurait pu baisser les bras, craquer, s’apitoyer bref être tout le contraire de ce qu’il a été, et est encore aujourd’hui*

Il fallait m’armer de courage pour ouvrir enfin ce livre -alors que je ne lis que par passion, ou éventuellement par curiosité des premières pages-

car c’était certain, je me connais bien, mes propres souffrances -bien que mes fidèles compagnons depuis plus de quarante ans-allaient festoyer… j’allais revivre avec l’auteur l’angoisse et le martyr de mes séjours hospitaliers, enfant et ado.

Quelle traîtrise ce qualificatif !

C’est d’ailleurs le seul désaccord que je partage avec l’auteur, je n’ai jamais été ravie de retrouver la vie d’en bas (le bloc) elle ne m’a jamais rassurée et le personnel qui l’habite ne m’a jamais été « familier », paaaaaas du tout.

Mais comme lui, je suis sans colère ni courroux, lui pour les 2 terroristes et moi pour le conducteur de la voiture qui m’a handicapée pour toute la vie (j’avais 6 ans) ou guillotinée ma vie, je ne sais pas.

On ne saura jamais ce qu’aurait été le reste de notre vie sans ce cataclysme.

Pardon cette chronique est trrrrres longue mais c’est d’avoir côtoyé la plume de P. Lançon si stimulante….

Bref il ne faut pas passer à côté de se livre, il nous grandit.

Une phrase résume assez bien la première moitié du livre de son état juste avant la 1ère greffe

Son ex-femme ne supportait plus « que cinq minutes d’horreur puisse liquider tant d’années de souvenirs. Je ne supportais plus, moi, que tant de souvenirs puissent avoir survécu à quelques minutes d’horreur. Car à cet instant ces minutes faisaient ma vie et non les souvenirs qui les avaient précédées. »

« L’expérience est une lanterne sourde qui n’éclaire que celui qui la porte. » Celine

Auteur :

Le carnet de route d'une commerciale attentive. curieuse de lectures enivresques. Je partage ici mes découvertes de boutique-hôtels, restaurants "trendy", de salons de thé-librairie où il fait bon flâner et LIRE !! Bons plans, en France et dans le monde. Irrésistible curiosité pour la médecine esthétique, les cosmétiques et vous retrouverez ici mes quelques expériences ! j'espère que vous y trouverez autant de plaisir à me lire que moi à les écrire, mais attention, j'écris comme je parle ;-) Travelblogger lifestyle and cosmetics aesthetic addict !

Un commentaire sur « « Le Lambeau » de Philippe LANÇON »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s